Vladimir Poutine : le premier vaccin contre le COVID-19 développé en Russie… et déjà injecté à la fille du Président !

Connu comme l’une des personnalités politiques les plus excentriques au monde, le président russe Vladimir Poutine est de nouveau au cœur d’une polémique.

Une annonce qui défraie la chronique…

Si le président russe possède la réputation d’être un personnage singulier, cet aspect de sa personnalité s’est confirmé le mardi 11 août dernier. En effet, lors d’une réunion gouvernementale, l’homme à la tête de la Russie a fait une annonce assez sidérante. Il a déclaré qu’un premier vaccin contre le a été développé et enregistré en Russie. Ce sont les propos rapportés par Le Figaro.

Sa déclaration a été poursuivie en des termes qui semblent donner espoir au peuple russe. Le chef d’État russe affirme qu’il savait que ce fameux vaccin est assez efficace et qu’il procure une immunité durable à son receveur. Une des révélations les plus ahurissantes en ces moments où la pandémie est toujours en train de faire des victimes dans le monde.

Toujours selon les propos de Vladimir Poutine, le vaccin a passé successivement tous les tests nécessaires. Cette nouvelle représente sans doute une lueur d’espoir pour beaucoup. Ce qui a été le plus déconcertant dans les déclarations du président russe est qu’il affirme que l’une de ses filles avait reçu le vaccin. Une information qui a créé un véritable tollé sur la toile.

La fille en question aurait participé à l’expérience. Les seuls effets secondaires que la receveuse aurait ressentis se résument à une faible élévation de température. Cependant, l’homme du Kremlin de Moscou n’a pas précisé laquelle de ses deux filles avait reçu le vaccin qui a été baptisé Spoutnik V (V comme vaccin). Ce nom a été donné au vaccin en référence au premier engin spatial mis en orbite par la Russie.

Il y a de très fortes possibilités que ce vaccin soit mis en circulation d’ici janvier 2021. Toutefois, cette action est soumise évidemment à l’effectivité des prochains tests. Par ailleurs, Vladimir Poutine a insisté sur le fait que la vaccination serait facultative.

Une annonce qui a suscité de vives réactions

Il est certain que les déclarations du Président russe ont suscité de très nombreuses interrogations, tant parmi le peuple russe que dans le reste du monde. Aujourd’hui, des dizaines de vaccins contre le COVID-19 sont soumis à des essais avant une quelconque mise en circulation. Certains de ces vaccins sont encore en phase préclinique.

Le fait que le président russe ait déjà officiellement annoncé l’homologation du vaccin en Russie serait pour certaines personnes un coup de communication politique. Même si la Russie affirme pouvoir mettre en place plusieurs millions de doses de vaccin d’ici le 1er janvier 2021, beaucoup de personnes restent sceptiques.

Cependant, aucune preuve ne justifie les déclarations du président du chef d’État russe. Jusque-là, ses propos ne peuvent donc être considérés comme absolument véridiques. Selon le fonds souverain russe, la production industrielle de Spoutnik V est prévue pour le mois de septembre. Une vaccination de masse est également prévue en Russie dès l’automne prochain. Les premières personnes qui le recevront seront le personnel médical et les enseignants.

L’OMS émet des réserves par rapport à cette nouvelle

Si certaines organisations sont restées de marbre par rapport à cette avancée de la Russie, l’Organisation mondiale de la santé a fait connaître sa position sur le sujet. Elle a exigé le respect des protocoles et des réglementations en vigueur dans le cas du développement du vaccin contre le COVID-19.

Cependant, la validation de l’OMS n’est pas obligatoire pour l’homologation de Spoutnik V. Elle représente surtout une garantie de qualité pour les autres pays qui désireraient s’en procurer.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.