Rentrée scolaire : le gouvernement dit « non » à la gratuité des masques ! Quel sera le coût pour les Français ?

Le gouvernement maintient sa position et dit « non » à la gratuité des masques pour la rentrée scolaire prochaine.

Interrogé ce mercredi 26 août sur Inter au sujet de la gratuité des masques pour les élèves, le Premier Ministre français Jean Castex a déclaré que le masque est un équipement pour se protéger du covid-19 et non une fourniture scolaire.

Port du masque obligatoire dès la rentrée scolaire prochaine

La rentrée scolaire est prévue mardi 1er septembre en France et le a tout mis en place pour que les enfants, ainsi que leurs enseignants soient protégés du . Après plusieurs revendications de certaines associations de parents d’élèves, souhaitant que la date soit encore repoussée à cause de la hausse de nouveaux cas, les pouvoirs publics ont maintenu cette date. Vendredi 21 août, le Ministre de l’éducation national a encore confirmé que les classes reprendront effectivement le 1er septembre. Toutefois, les enfants qui ont à partir de 11 ans devraient obligatoirement porter un masque.

Depuis que la date de la rentrée scolaire a été fixée, plusieurs responsables politiques souhaitent que les masques soient distribués gratuitement par l’Etat. Cependant, le débat a été tranché, les masques seront à la charge des parents. D’après une source proche du Premier Ministre français, la lutte contre le coronavirus concerne tout le monde et chacun doit y mettre du sien pour que cette pandémie soit vaincue. Il poursuit en disant que les masques n’ont été distribué gratuitement dans aucun pays au monde. Selon ce membre de l’entourage des pouvoirs publics, une certaine catégorie sociale bénéfice déjà de la gratuité des masques, il s’agit des personnes ayant une santé précaire et ceux qui ont peu de moyens financiers.

Le gouvernement dit « non » à la gratuité des masques

Il faut dire que le gouvernement a déjà pris une batterie de mesures pour assurer une meilleure rentrée scolaire aux enfants. Il y a quelques mois, les pouvoirs publics annonçaient l’augmentation de l’allocation de la rentrée de 100 euros, dans le but d’alléger les charges des parents. Bien que l’Etat ait la responsabilité d’assurer le bien-être de ses populations, il serait presque impossible pour ce dernier de fournir des masques à tout le monde. Le 21 juillet dernier, le Président de la République Emmanuel Macron s’exprimait encore à ce sujet sur TF1 estimant que le gouvernement n’avait pas vocation à distribuer des masques à tous les citoyens à tout moment.

L’école étant obligatoire et gratuite, le masque lui ne sera pas gratuit. Depuis que l’annonce a été faite au sujet du port du masque obligatoire dans les écoles dès la rentrée prochaine, plusieurs parents espéraient en la gratuité des masques. Contrairement à certains hommes politiques de l’opposition qui pour la plupart, demandent que les masques soient partagés gratuitement, le gouvernement maintient sa position et dit « non » à cette mesure. Par contre, les masques pourront être distribués gratuitement aux familles qui rencontrent de grosses difficultés financières comme l’avait précisé le Ministre de l’Education nationale .

Chaque famille devra donc pourvoir des masques pour ses enfants. Depuis quelques semaines, on assiste à de nouvelles contaminations d’où le port du masque obligatoirement dans les écoles et les collèges en cette rentrée scolaire. Face à cette annonce sur la non-gratuité des masques, certaines collectivités se sont portées garantes pour compenser ce vide. Il s’agit entre autres de l’Occitanie qui offrira gratuitement 2 masques à chaque élève à la rentrée. Les départements du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis auraient pris des dispositions semblables pour soutenir les collégiens en début de classes prochaines. Il faut dire que la mesure du port du masque obligatoire s’applique également aux entreprises. À partir du 1er septembre prochain, chaque employeur devra fournir des masques à ses employés.


Justin Bréant

Justin Bréant

Ancien parisien exhilé au Pays Basque, je suis fasciné par l'univers du cinéma et des séries TV. Pigiste pour plusieurs magazines et de nature curieuse, je partage mon analyse sur tous les sujets.