Coronavirus : François Salachas lance l’alerte, une pénurie d’anesthésiques est à venir !

Le coronavirus n’en finit plus de susciter l’inquiétude dans le monde, que ce soit en ce qui concerne ses effets dévastateurs ou pour les dommages collatéraux qu’il pourrait causer.

Depuis quelques semaines, de nombreux pays ont décidé de confiner leurs populations, pour combattre plus efficacement l’épidémie de . Aujourd’hui, on estime que 3 milliards d’habitants sur la planète doivent rester chez eux, ce qui a pour effet de considérablement ralentir l’économie. Parmi les conséquences craintes, certains médecins s’inquiètent de l’approvisionnement en produits médicaux.

François Salachas alerte sur une pénurie à craindre

Sur le plateau de l’émission « C à vous » du 31 mars, le neurologue a une fois de plus tenu fait des déclarations alarmantes sur notre système de santé, et sa capacité à fournir assez de matériel médical et de médicaments. Au cœur de ses inquiétudes, le médecin aborde notamment les problèmes de stocks en tous genres. Ainsi, il n’a pas hésité à rapporter un point particulièrement grave, qui concerne directement les drogues servant à endormir les patients, que ce soit dans le cadre d’une mise sous assistance respiratoire ou pour accompagner en fin de vie. La situation est telle que les ressources viendraient à manquer d’ici quelques jours seulement, ce qui aurait pour effet de plonger les hôpitaux français dans une situation encore plus dramatique qu’elle ne l’est déjà.

« On sait ce qu’il faut faire, c’est que les moyens de production en soient complètement réorientés vers ce qu’il nous manque. Et ce qu’il nous manque on sait ce que c’est. Les drogues pour endormir les patients et éventuellement pour accompagner en fin de vie les patients… La pénurie arrive à toute vitesse. Dans certains endroits on a que quelques jours »…

Plan massif pour l’hôpital après la crise, François Salachas s’interroge

Il y a quelques jours, le Président de la République annonçait son intention de mettre en place un plan massif pour l’hôpital, après la crise sanitaire actuelle. Une belle promesse pour les soignants, qui ne cessent de se mobiliser depuis plusieurs années pour faire entendre les difficultés de l’hôpital public, en vain. Alors que certaines voix s’élèvent pour condamner les décisions prises par Emmanuel Macron et son , d’autres affirment que cette crise que nous vivons aurait pu être évitée. Face à la détresse des soignants, notre président a annoncé plusieurs mesures :

  • Un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières des professionnels de santé.
  • La mobilisation de l’État pour aider le système de santé français a évolué.

Si de telles décisions paraissent aller dans le sens des demandes faites depuis longtemps, beaucoup pensent qu’il s’agit de belles paroles et de mots un peu trop forts. Parmi eux, François Salachas se demande si l’usage du terme « massif » est employé à bon escient, dans la mesure où par le passé, d’autres plans massifs avaient été annoncés par le gouvernement, sans que cela n’aboutisse finalement à grand-chose. Pour lui, l’heure n’est plus aux réformes inutiles et aggravantes, d’autant plus que la situation actuelle est le fruit d’une lente dégradation, évoluant depuis plus de 10 ans, ainsi que d’une logique entrepreneuriale instaurée dans les hôpitaux. Un message qu’il n’hésite pas à faire passer dès qu’il en a l’occasion, comme lorsqu’il a rencontré Emmanuel Macron au début de l’épidémie, il y a plusieurs semaines de cela.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.