Christophe Girard : l’ex-adjoint à la mairie de Paris ciblé par une accusation d’abus sexuels !

Christophe Girard est la cible d’une accusation d’abus sexuel. Un homme d’origine tunisienne avoue avoir été sa victime.

Des accusations qu’il nie et auxquelles il entend bien riposter en lançant une contre-offensive.

Une vieille histoire qui refait surface suite à un témoignage publié par New York Times

Le 23 juillet dernier, l’ex-adjoint à la de Paris Girard a été contraint de démissionner. Pour cause, ses liens avec l’écrivain Gabriel Matzneff qui est embarqué dans une affaire de viols perpétrés sur des mineurs. Sa démission n’a toutefois pas empêché Christophe Girard d’être la cible de nouvelles accusations. Cette fois-ci, il s’agit d’une affaire d’abus sexuel.

Ce dimanche 16 aout, le New York Times a publié les aveux d’Aniss Hmaïd, un homme originaire de Tunisie qui dit avoir été abusé sexuellement par Christophe Girard. Le Tunisien de 46 ans est revenu sur des faits qui remontent à bien longtemps. En effet, vers la fin des années 80, Aniss Hmaïd avait 15 ans lorsqu’il  a connu Christophe Girard, une des têtes dirigeantes de la maison Yves Saint-Laurent. Ils se sont rencontrés dans la station balnéaire d’Hammamet. Selon Aniss Hmaïd, il aurait été abusé sexuellement par Christophe Girard à plusieurs reprises dans les années qui ont suivi cette .

« Il a profité du fait que j’étais jeune pour assouvir ses désirs sexuels », a avoué M. Hmaïd au New York Times. Puis, il a également ajouté : « J’avoue que je consentais à ses actes. Mais visiblement, je me suis retrouvé dans une situation un peu bizarre. Mes parents qui m’encourageaient à le voir. J’avais l’espoir de décrocher du boulot, quelque chose de ce genre derrière. »

Pour crédibiliser ses aveux, M. Hmaïd a montré aux journalistes du quotidien américain plusieurs éléments qu’il détenait. Parmi eux, il y a des fiches de paie qui lui ont été fournies par la maison Yves Saint Laurent ainsi qu’au moins une centaine de photos sur lesquelles figure M. Girard. L’une d’entre elles montrait l’ex-adjoint maire complètement nu. À cela s’ajoutent les confirmations du père et du petit frère d’Aniss Hmaïd, ainsi qu’une ancienne copine et un ancien collègue de travail. Ces derniers ont assuré avoir été mis au courant par M. Hmaïd une vingtaine d’années auparavant sur les abus perpétrés par M. Girard à l’encontre de M. Hmaïd.

Une histoire inventée de toute pièce selon M. Girard

Bien évidemment, M. Girard a tout de suite nié ces accusations. Il a dit qu’il n’a jamais eu de relation sexuelle avec M. Hmaïd. Puis, d’un ton un peu ironique, il a qualifié ces faits d’ « une histoire digne d’un roman, il ne manque plus qu’un éditeur. » Par la suite, il s’est exprimé par le biais de son avocate Delphine Meillet en disant qu’il contestait ces accusations et ces faits avec une fermeté absolue.

Delphine Meillet a ajouté que « Les faits dénoncés étant prescrits, la parole de l’accusateur, contre la parole de l’accusé, est laissée à l’appréciation du tribunal de l’opinion, où trop souvent une présomption de culpabilité en matière d’infractions sexuelles a pris le pas sur la présomption d’innocence » avant de dire qu’elle lancera une poursuite judiciaire contre le quotidien américain pour « dénonciation calomnieuse. »

Cette contre-offensive vient s’ajouter à une autre qui a déjà été lancée contre ceux qui demandaient en juillet dernier la démission de M. Girard. L’avocate de ce dernier avait alors répondu aux journalistes qu’elle engagerait une plainte pour diffamation. Elle a dénoncé entre autres « une exécution médiatique sommaire basée sur des faits dissous dans des fantasmes ».

Le parquet de Paris avait recueilli en mars dernier les dépositions de Christophe Girard à propos de l’affaire qui le lie à Gabriel Matzneff. En effet, le parquet a décidé d’ouvrir une enquête suite à la publication du livre de Vanessa Springora, Le Consentement. Cet ouvrage met en lumière sa relation avec l’écrivain aux alentours des années 80 et l’emprise que ce dernier avait sur elle alors qu’elle n’avait que 13 ans.


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !