Britney Spears dit « stop » à son père : la pop-star veut rompre sa tutelle ! #FreeBritney

En curatelle avec son père depuis plus de 10 ans, la superstar américaine a pris une décision des plus surprenantes. Elle ne veut plus être sous la garde de James Spears.

Les périodes difficiles que la pop- a traversées ont suscité bien des effervescences sur la toile. Elles se sont soldées par un accord de curatelle qui confiait Britney Spears à son père. Aujourd’hui, il semblerait que de nouvelles données entrent dans l’équation, puisque la chanteuse compte bien rompre cet accord. Cette affaire fait le tour des réseaux sociaux depuis plusieurs jours. Voici ce que vous pouvez en apprendre…

Une nouvelle tournure dans la vie de la chanteuse

À 39 ans aujourd’hui, la vie de Britney Spears était régie par un accord de curatelle depuis plus de dix années. Si l’interprète de Gimme more a pour intention de changer de tuteur légal, elle n’a pas hésité à le faire savoir. En effet, la nouvelle est tombée ce mardi, quand Samuel Ingham, l’avocat de la chanteuse a demandé au pouvoir judiciaire de retirer James Spears de l’accord de curatelle.

View this post on Instagram

💋💋💋

A post shared by Britney Spears (@britneyspears) on

À ce stade, beaucoup se sont demandés qui sera le prochain tuteur de la star. De toute évidence, il s’agira de Jodi Montgomery, l’infirmière de . Il faut dire que Jodi a déjà été au contrôle des biens de la chanteuse en tant qu’administratrice temporaire. La pop-star souhaite apparemment qu’elle le devienne de façon permanente.

Pour cela, l’avocat de Britney Spears met tout en œuvre pour que les souhaits de la chanteuse soient réalisés. Rien ne dit que la mère de deux enfants ne souhaite plus que son père soit mêlé de près ou de loin à ses affaires. Cependant, son avocat a demandé une révision totale des dispositions juridiques de cet accord qui deviendra caduque très prochainement.

Cette décision aurait été prise pour conformer les nouveaux aspects de la vie de la chanteuse à une tutelle adéquate. Entre ses nouvelles dispositions de la vie de Britney, il y a notamment le fait qu’elle ne désire plus se produire pour le moment.

Britney Spears obtient le soutien indéfectible de ses fans

Il faut dire que beaucoup de personnes, y compris la famille de la chanteuse la considéraient uniquement comme une poule aux œufs d’or. Entre sa mère qui demande des comptes sur ses finances et son père qui touche la coquette somme de 100.000 dollars mensuellement pour son rôle de tuteur, on en vient à se poser des questions sur leurs réelles intentions.

En effet, James Spears avait le contrôle total sur les finances de la chanteuse. Cette dernière ne pouvait rien faire sans obtenir son accord. Il est donc normal que la star veuille quitter son joug après ces douze dernières années.  Chose prévisible, l’annonce de cette nouvelle a créé un véritable tollé sur la toile.

On voit ses fans qui lui offrent leur soutien sur les réseaux sociaux. Ils ont même créé le hashtag #FreeBritneySpears.

Pourquoi Britney Spears a-t-elle été placée sous tutelle ?

Si la chanteuse a l’air de bien se porter aujourd’hui, il n’en a pas toujours été ainsi durant les années précédentes. On se souvient encore de ses déboires, notamment en 2007 quand elle s’est attaquée à des paparazzi après s’être fait raser la tête dans un salon de coiffure à Los Angeles. Les images qui ont été prises ce jour étaient terriblement choquantes et montraient au monde les difficultés que traversait la chanteuse, alors âgée de 27 ans.

À cet épisode, ont suivi son hospitalisation en soins psychiatriques, puis la perte de la garde de ses deux enfants en octobre 2007. Ce ne fut que l’année suivante que sa garde fut confiée à son père par la justice américaine.

View this post on Instagram

Yellow is my favorite color ⭐️⭐️⭐️ !!!

A post shared by Britney Spears (@britneyspears) on


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.